Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 16:22

La louve s’approchât d’Helena qui ne semblait pas avoir peur. On pouvait lire dans son regard un esprit apaisé tout comme dans le regard de la louve. Elle vint s’assoir en face de Helena qui s’emblait avoir oubliée la douleur causée par la disparition de Liséo. La louve avait un pelage gris noir et ses yeux étaient gris. Elles échangèrent un regard silencieux qui dura quelques minutes. Puis la louve s’adressât à Helena d’une voix douce et clame.

- Bonjour Helena.

Helena fut surprise non pas parce qu’elle parlait mais par la connaissance de son prénom.

- Tu connais mon prénom ? Lui demandât-elle intimidé.

La louve eu un regard surprit, elle reculât puis elle lui demanda interrogé et surprise.

- Tu ne te souviens pas de moi ?

- Non, répondit Helena avec rejet.

Elle ne se souvenait pas d’avoir déjà parlé à une louve. D’ailleurs elle reconnut que c’était absurde de parler à une louve. Cette dernière lui répondis qu’elle s’attendait plus a une réponse du type  « tu parle ? ».

- C’est vrais tu à raison mais donc revenons en au fait. Peut tu m’expliquer comment ce qui vient de se passer peut être réel ?!? Je veut dire ... comment …  comment est-ce possible que ... et puis qui est tu … tu n’est comme même pas …

- Calme toi reprend ton souffle si non tu va me claquer entre les doigts. Dit elle en coupant Helena dans son élan de panique

- Quoi comment ça « te claquer entre les doigts » ??!!? s’exclamât Helena encore plus paniqué

- Non ! Ecoute moi ce n’est pas ce que je …

- Mais … Mais ! Mais !!!!!

- Ecoute moi ! regarde moi je vais tout t’expliquer !!!

- Ok, d’accord, je me calme … mais … tu va tout m’expliquer ?

- Oui, c’est promis. Tout d’abord avec toute cette cohue je n’ai pas eu le temps de me présenter. Donc voila je m’appelle Lara  …

Elle lui expliquas ensuite qu’elles s’étaient déjà rencontrées avant la disparition de leurs deux père : celui de Helena et le sien, qui s’était produis à la même époque. Elle lui dit ensuite qu’elles ont le même âge, et que c’était précisément ce qui la perturbais car elle se souvenait de tout contrairement à Helena qui ne semblait n’avoir aucun souvenir.

A cet instant Helena fit un pas de recul : si c’était un piège ? Elle se souvenait des mises en gardes de sa mère. Aussitôt Lara vis le regard de Helena changer. Elle sut immédiatement qu’elle doutait de ses paroles. Elle souvient alors du lien qui les unissaient depuis leur naissance et des jeux quelles fessaient ensemble. Elle s’approchât alors de Helena et lui dit très calmement :

-   Prend ma patte et ouvre ton cœur.

-  Pardon ? dit Helena surprise et retissant

-  Fait ce que je te dit fait moi confiance …  juste pour cette fois si tu veut … mais il est important que tu le face , je t’en supplie .

- Bon c’est ok mais juste cette foi

Helena pris alors la patte de Lara dans ses mains mais elle ne ressenti rien et contrairement à son habitude elle n’arrivait pas à ouvrir son cœur. Lara vit que Helena ne parvenait pas à ouvrir son cœur elle lui conseilla de fermer les yeux et de libérer son esprit. Helena pris une grande respiration, fermas ses yeux et immédiatement son cœur s’ouvrit à celui de Lara. Elle vit alors tout le passé de Lara à travers ses pensés . Elles revirent ensemble tous les moments qu’elles avaient passés ensemble, leur parent les fêtes de famille, les jeux qu’elles avaient inventés, mais soudain un souvenir vient perturber leurs flash back de leur heureuse enfance, une puis deux, puis trois attaque … et finalement les adieu de leurs père que Lara n’avais pas oublié car tout deux avais disparus de leurs yeux le même jour. Ils disparurent laissent leur filles pleurant de chaudes larmes d’incompréhension et dans les yeux de leur femmes respectives des larmes de désespoir condamnent l’une au suicide trois jour après et l’autre à une mort lente de désespoir. Dans les larmes elles perdirent leur connexion partant chacune dans la solitude et la douleur qui avait suivit ces belles années d’innocence. Après quelques minutes elles revinrent à la réalité et une question vient superposer toutes les questions de Helena et vint la perturber. Comment était ce possible que Lara puisse souvenir de choses qui se sont passés il y a si longtemps. Et aussi comment pouvais elle se souvenir de chose qui se sont passés à un si jeune âge. Lara comprenant de suite ce qui perturbais Helena. Elle lui expliquas que les loups et louves commençaient à avoir des souvenirs à l’âge de un an de plus leurs mémoire est plus précise. 

- Une autre chose l’avais surprise elle se souvenait avoir vu plusieurs foi le père de Lara se transformer en humain. Helena ne comprenais pas. C’était impossible ! Comment pouvais t’il se transformer en humais ? Mais en posent cette question, elle se stoppât immédiatement ses exclamation

- Il est vrais que je parle à une louve, qui parle elle aussi et qui plus ai comprend et connais des choses sur moi ne serais que mon nom. Ce dit Helena en chuchotant ses pensés

- Mais je …

- Mais si ton père peut se transformer en humain toi aussi tu peut peut-être le faire aussi ? et donc on pourrais …

- Je vois où tu veut en venir mais à plusieurs reprises j’ai cherché à faire de même mais à aucun moment je n’y suis parvenus. Je doit me faire à l’évidence peut être que cette transformation est impossible à réaliser, que c’était un dons détenus seulement par mon père.

- Mais juste tu peut pas lui deman … der  

- …

- Pardon je suis désolé je voulais pas. Je suis vraiment désolé … vraiment

- Laisse ça va … mais vu que nous avons un lien qui est retissé et que nous somme à nouveau réunis. Je peut peut-être retenter …

Lara ferma les yeux elle se concentra mais après cinq minutes passé à se concentrer rien ne se produisit. Lara échoua une nouvelle foi.

- Ce n’est pas grave … je veut dire …c’est peut-être normal, dit Helena un peut gênée

- Ne t’inquiète pas pour moi, j’ai l’habitude je pense que …

- Helena … ! Tu vient jouer !?! . C’était Key qui l’appelait

- J’arrive !!!! attend un peut ! répondit t’elle pour se donner un peut de temps

   Elle demandas à Lara comment elle avait fait pour vivre pendent tout ce temps. Elle lui répondit qu’elle avait vécus dans une meute de loup sauvages pour survivre. Elle se promirent de repasser dans une semaine pour pouvoir à nouveau se revoir et discuter plus longuement. Puis elle finirent pas se dire au revoir avec une certaine émotion. Puis le cœur à nouveau chargé de souvenir et un peut moins seul dans la peine, elle reprirent chacune leurs chemins.

   Helena rattrapas sa famille adoptive et sans hésiter une seule seconde elle leur demandas si la semaine prochaine elle pouvais revenir dans cette foret mais cette foi ci seule. Ils eurent un moment de surprise et d’interrogation. Ils s’échangèrent un regard sans paroles puis regardèrent Helena, ils virent un grand changement dans ses yeux, elle semblait plus heureuse que ces derniers jours, ou même c’était encore plus rapide, car il y a quelques minutes avant qu’ils la laisse un peut seule dans la foret son regard était  perdus dans un autre monde, un monde emplis de tristesse et de solitude. Celui qui leur apparaissait maintenant rayonnant de joie et de bonne humeur. Ils se regardèrent à nouveaux et sans échanger un seul mot entre eux ils prirent la même décision et c’est avec joie qu’ils acceptèrent. Puis ils finirent leurs promenade dans la joie comme une famille à nouveau soudé et rentrèrent chez eux.

La semaine qui suivit semblais plus joyeuse que jamais, ils ne l’avait jamais comme cela même avec Liséo. Elle semblait l’avoir oublié et avoir oublié le chagrin qu’il avait causé avec sa disparition soudaine. Mais au font de son cœur Helena ne pouvait oublier Liséo et le chagrin qu’elle avait de ne plus pouvoir le revoir.

La semaine fut passé et le jour si attendu où elle allait revoir Lara était enfin arrivé. Dés le matin, elle pris ses affaires qu’elle avait préparée ainsi que le piquenique qu’elle avait préparée la veille, comme prévus elle pris son vélo et parti pour la foret qui se trouvais non loin de la maison. Elle était si pressée qu’elle n’avait pas attendus que ses parent ni même Key se lèvent mais elle avait pris soin de mettre un petit mot pour ses parents.

Arrivée au point de rendez vous, elle n’eu qu’à attendre cinq minutes et le buisson bougeât à nouveau. Mais il n’en sortis pas la louve qu’elle avait connus il y a sept jours, mais une jeune fille qui étrangement ressemblait à Liséo. Elle pouvait aussi reconnaitre les yeux de la louve. Qui était donc cette jeune fille aux yeux et au cheveux gris ? Elle ne portait aucun vêtements et on pouvait voir qu’elle s’était couverte comme elle pouvait et par tout les moyens possibles. Helena perturbée par ces ressemblances et cette rencontre, elle fit un petit pas de recul. En hésitant elle demandas.

- Qui.. qui êtes vous ?

- Mais tu ne me reconnais pas ? Demanda la jeune fille

Mais Helena avais beau chercher elle ne comprenais pas. De plus la voix de la jeune fille ressemblais à celle de la louve. Elle en était pratiquement sur c’était la voix de Lara.

- C’est moi … Lara, la louve que tu a rencontré il y a une semaine. Continua Lara en voyant que Helena ne comprenais pas

En effet comment avais t’elle réussit cet exploits  seule comment avais t’elle réussi à se transformer en humaine.

- Comment est-ce possible ? réplica Helena qui cherchais désespérément une réponse par elle-même.

- Je ne sais pas, lui répondis Lara d’une voix soupirante et pensive.

- Tu ne sait pas ?!? Comment ça tu ne sais pas ? Comment est ce possible Que tu subisse une telle transformation physique sans savoir comment et surtout sans savoir pourquoi ?!? s’exclamât Helena

- Je t’assure que je ne sais pas, lui répondit Lara intimidé par la réaction d’Helena. Mais ça c’est produit le lendemain de notre rencontre. Je me suis endormie louve un peut à l’écart de ma meute. Et dans mon sommeil mon père m’est apparus dans mes rêves et  m’a parlée. Finalement je me se suis réveillée humaine

- Tu as vu ton père et tu t’est réveillée humaine ?!? s’écrias une foi de plus Helena

En effet Lara était belle et bien sous forme humaine. Ce qui troubla le plus Helena c’était cette ressemblance avec Liséo. Elle ressemblait par le physique mais aussi par le caractère. Elle pouvais voir une certaine timidité, qui cachait une évidente soumission. Mais une soumission que Helena ne comprenait pas et qu’elle trouvait inutile. Helena ne voyait et ne voulait voire que l’égalité entre elles. Puis elle se rendit compte que Lara n’était pas dans une position évidente. Elle sortis immédiatement le drap qu’elle avait prévus pour le piquenique et enveloppas Lara avec celui ci puis elle enlevas sa veste de ses épaules pour la donner à Lara et couvrir ses épaules.

- Merci , Dit Lara avec une gène évidente

- Ce n’est rien, répondis Helena, c’est normal

Elles finirent pas s’assoir sur un tronc d’arbre abattu par une tempête et commençaient à discuter en mangent. 

 

Repost 0
Published by petite étoile du 25 (Esteru) - dans Les larmes d'Héléna
commenter cet article
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 11:26

Dans la voiture Helena fit brièvement connaissance avec sa nouvelle famille. La femme s’appelait Emilie et l’homme s’appelais David. Leurs fils Keitaro avait 6 ans. L’âge où Helena vit mourir sa mère. Il était très joueur et il n’était pas très sérieux à l’école. Helena comprit alors qu’elle devait avoir une influence positive sur le petit garçon. De plus elle était la plus douée de l’orphelinat à l’école comme avec les plus petits de l’orphelinat. Ses nouveau parent demandèrent a Helena qui était donc ce jeune garçon au quel elle semblait être très attachée. Helena leur alors les liens entre elle et Liséo. Elle en profitât pour demander la permission de retourner à l’orphelinat pour le revoir et pour revoir les autres enfants. Ils acceptèrent. Soulagée Helena allais pouvoir tenir sa promesse.

Arrivée devant sa nouvelle maison. Elle était accueillante. Elle était grande, il y avait deux étages et plusieurs baies vitrées. Le jardin faisait le tour de la maison il y avait deux garages et un portique que l’on pouvait apercevoir. Elle entra ensuite dans la maison et elle vit le salon et se qui la captiva c’était un piano qui se trouvais au milieu du salon. Elle se souvient alors de tous les moments qu’elle avait passé autour du piano qui se trouvait à l’orphelinat. Ce qu’elle avait passé seule, ceux qu’elle avait passés avec Liséo et les enfants de l’orphelinat. Et soudain elle se sentie très seule. Mais Emilie posa sa mais sur l’épaule d’Helena pour la réconforter.

Puis elle s’approchât des bai vitré pour voir le jardin elle vit en effet  le portique mais vit aussi une grande piscine et tout au font du jardin il y avait un arbre qui ressemblais a celui de l’orphelinat. Elle entra ensuite dans la cuisine, c’était une cuisine à l’américaine. Puis ses nouveaux parents lui indiquaient le premier étage, ils lui expliquaient qu’il y avait la chambre de Keitaro et la leur. Helena avait sa propre chambre avec sa salle de bain au deuxième étage pour ne pas être dérangé par Keitaro. Elle alla voir sa chambre seule, quand elle ouvrit la prote de sa nouvelle chambre la surprise était tel que faille tomber. Elle était faite a son image et même dans ses rêves les plus fous elle n’aurait pus imaginer avoir une telle chambre et sa salle de bain était gigantesque. Il y avait un deuxième piano, un équipement informatique sur un superbe bureau et un lit à deux places tellement confortable qu’une foi couché elle ne pouvait plus se lever. Elle en profita pour observer sa nouvelle chambre. Le thème de la chambre était la foret et les loups. Soudain elle crut se souvenir qu’elle avait vécus avec des loups. Elle clignât des yeux puis se rendis compte que c’était impossible qu’elle avait du surement rêver. Puis elle se leva pour aller jeter un coup d’œil à la penderie.  Et lorsqu’elle vit les robes qui était a sa disposition et tous les vêtements magnifiques elle tomba dénue, elle n’en revenait pas. Personne ne lui avait jamais fait tels cadeaux. Elle comprit alors combiens ses parents adoptifs étaient riches.

Soudain elle commença à se poser des questions. Pourquoi des personnes si riches avaient voulus adopter une fille comme elle ? Était est ce pour  faire plaisir a leurs fils capricieux ou bien pour l’utiliser ? Plus elle tentait de se rassurer plus les questions venait a son esprit. Son cœur battait de plus fort et de plus en plus vite. Sa respiration se faisait de plus en plus forte. Et pour finir elle se rappela de la mise en garde de sa mère. «  Tu est en danger ».

Mais a se même moment elle entendit Keitaro. Comme elle s’en était douté, le petit garçon était très excité, il demanda si elle était arrivée.

Elle est où ? Je veux la voire ! Je veux qu’elle joue avec moi ! …

Non Keitaro on a déjà parlé, tu laisse Helena tranquille elle a surement besoin de repos et de tranquillité. Répondit d’une voix sévère le père.

Mais je veux la voire !

non c’est non et tu ne monte pas dans sa chambre sans son autorisation. reprît la mère elle est surement fatigué en plus elle n’a pas eu une vie aussi facile que la tienne alors ne t’avise pas de la déranger.

Mais Keitaro continuais d’insister et ses parents continuais de le reprendre.

Lorsqu’elle entendit ces mots Helena fut rapidement rassurée sur les intentions de ses parents adoptifs. Et comme Keitaro continuais de gémir, elle comprit l’excitation qui le poussait à la réclamer, elle finit par descendre au rez-de-chaussée. Et pour la première foi elle vit le petit garçon. Il avait les yeux bleus de sa mère et des cheveux châtain clair. Sa taille normale pour son âge.

Quand il vit Helena il ne demanda même pas si c’était elle c’était comme si la connaissait déjà comme si elle avait toujours fait partie de la famille et il se jeta dans les bras de Helena. Elle fut surprise par la réaction de Keitaro qui avait bien vu ses yeux mais qui ne semblais être ni surpris ni gêné. Elle fut au contraire un peut gênée puis elle s’habitua.les parents furent aussi surpris par la réaction de Keitaro puis ils comprirent qu’elle n’est très a l’aise. La mère demanda à  Keitaro de la lâcher, qu’elle n’était pas habitué. Cependant Helena stoppas la mère et lui répondis qu’elle avait l’habitude car à l’orphelinat ces dernier temps les petits de l’âge de Keitaro venait comme lui demander de jouer avec eux.

Ils allèrent alors dans le jardin, jouer avec un ballon puis a cache-cache. Ensuite ils allèrent vers la balançoire et tout en poussent Keitaro sur sa balançoire Helena repensât à Liséo. Que faisait-il en se moment. Il lui manquait énormément et elle aurait tellement aimé qu’il voit où elle était et où elle vivait maintenant. Perdue dans ses pensées elle laissa Keitaro sur  sa balançoire et se dirigeât à l’intérieur pour jouer du piano. Au moment où elle se mit à jouer les alors qu’ils étaient entrain de préparer le déjeuner Emilie et David sortirent de la cuisine pour venir l’écouter. Ils furent surprit par son aptitude au piano. Keitaro vint les rejoindre quelques minutes après. A la fin du morceau ils se mirent à applaudir comme personne ne l’avait jamais applaudit et elle vit dans leurs yeux une chose qu’elle n’avait plus vu depuis la disparition de son père : des larmes de fierté. Soudain Keitaro demandas à Helena de lui apprendre à jouer du piano comme elle jouait. Surprise Helena ne savais pas comment répondre à Keitaro du fait quelle n’avait jamais pris de cours. Et, quand elle allait lui répondre ses parents répondirent à sa place. David convenus avec Keitaro qu’elle lui apprendrait si elle le voulait et si elle avait le temps. Emilie ajoutât que pendant la période scolaire les devoir devait être finit avent de pouvoir jouer. Apre s’être remise de ses émotions et de cette surprenante demande elle accepta avec joie.

Les jours et les mois passèrent, et Helena apprenait à Keitaro à jouer du piano, ils respectaient tout deux les consignes et Helena qui elle aussi s’était fait de nouvelles amies semblait heureuse dans sa nouvelle vit. Elle aidait même Keitaro à faire ses devoirs et ce dernier s’améliorait très vit aussi bien à l’école qu’au piano. Ils se rapprochaient de plus en plus et Helena prenait vraiment à cœur son rôle de grande sœur. Emilie et David était vraiment très heureux que cella se passe bien. Helena se sentais bien dans cette famille qui était maintenant sa famille. Malgré tout Helena ne pouvait pas oublier Liséo et tous les mois elle pouvait le revoir avec l’autorisation des parents et de l’assistante sociale.

 Mais six mois après le départ de Helena, Liséo disparut sans laisser de trace. Les enquêteurs cherchèrent pendant des mois mais il ne fut jamais retrouvé car il n’y avait aucun indice et aucune piste. Il finir par conclure qu’il avait du tomber dans une rivière des environs et que son corps avait du être emporté par les courants. Après l’abandon des recherches, Helena fut très mal pendant plusieurs semaines mais elle s’efforçait de rester souriante face à Keitaro. Cependant dans sa chambre tous les soirs elle pleurait de chaudes larmes. Malgré tout Keitaro vit le changement brutal de comportement de la par d’Helena et aussi celui de ses parents qui étaient mal à l’aise avec Helena. Il pensât alors que c’était de sa faute.

Un dimanche, ils allèrent tous se promener en foret pour tenter de détendre Helena et de lui changer les esprits mais un milieu de la foret, en milieu de promenade Helena resta pour montrer qu’elle voulait marcher seule. Cependant Keitaro ne comprenait toujours pas, il voulait rester avec Helena et jouer avec elle comme ils en avaient l’habitude. Mais ses parents qui avaient comprit le message d’Helena ne le laissèrent pas rester avec elle. Plus loin ils lui expliquaient qu’elle voulais et qu’elle devais rester seule pour un petit moment, qu’il devait l’attendre plus loin et qu’il devais courir devant. Ils laissèrent Helena seule. Elle vit alors un tronc d’arbre couché et elle alla s’assoir dessus comme si au font d’elle, elle attendait que Liséo veine la chercher. Elle observât la foret qui semblait si paisible autour d’elle. Une petite brise fraiche soufflait de temps en temps, elle faisait chanter les feuilles comme un murmure. Soudain un bruit provenant d’un bruissons en face d’elle lui fit tourner la tête. Quelque secondes plus tard une louve sortit du buisson.                  

   
Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans Les larmes d'Héléna
commenter cet article
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 22:33

Quelques jours plus tard  Helena était toujours aussi triste personne ne l’avait vue aussi triste. Elle ne parlait pratiquement plus à Lisséo. Elle ne jouait plus de piano, elle ne mangeait pas et maigrissait à vu d’œil. Lisséo tenta plusieurs fois de lui poser des questions au sujet de la lettre mais elle ne répondait pas au début et plus il persistait plus elle s’enfermait et elle finissait par s’enfuir dans sa chambre. Les surveillent virent le changement de comportement  d’Helena qui semblaient préoccupé. Ils  alertèrent alors l’assistante sociale qui vint aussitôt à l’orphelinat pour juger d’elle-même et pour parler à Helena. Mais la jeune fille refusait de lui parler. L’assistante sociale lui proposa de la faire adopter par une famille. Helena se leva brutalement comme si les paroles de l’assistante venaient de la réveiller. Helena se mit alors à parler et lui demandas si on avait demandé de l’adopter. L’assistante lui répondis qu’oui des parents c’étais intéressés a elle. Mais Helena se souvint aussitôt de la mise en garde de sa mère. En même temps elle était heureuse car personne avant eux ne s’était intéressé à elle. L’assistante sociale repris en lui dit qu’il avait un petit garçon de 7 ans. Elle lui expliqua que c’était une chance pour elle, car il y a peut de parent qui souhaitent   d’adopter à cet âge là et qui en  on l’autorisation car la plus part du temps ils veulent adopter pour de mauvaises raisons. Helena fut alors séduite mais elle pensât à Lisséo, ces derniers jours elle n’avait pas était tendre avec lui alors que lui l’avait sortie de la solitude, il l’avait fréquenté contre l’avis des surveillants. Il avait était punis, il avait bravé les interdictions pour aller la voir. Ensuite il l’avait fait rentrer dans l’estime des surveillants qui l’avaient ensuite acceptée. Et pour finir il s’était inquiété ces derniers jours pour elle. Et elle ? Elle n’avait rien fait pour lui, elle n’avait fait que lui attirer des ennuis. Elle ne lui avait rien apporté et elle allait une fois de plus le décevoir en l’abandonnent sans un mot pour aller dans une famille qui l’adopteraient. Elle comprit alors qu’elle devait  faire un chois qui changeraient sa vie. De plus où se trouvais le danger dons sa mère lui avait misse en garde. Dans tous les cas elle devait faire son chois mais elle devait aussi prendre sont temps pour analyser la situation. Elle comprit qu’elle devait en parler à Lisséo avent de prendre sa décision. Elle demanda alors à la l’assistante sociale si elle pouvait refuser ou non et si elle pouvait prendre du temps pour réfléchire. L’assistante sociale fut d’abord surprise puis elle lui expliqua qu’elle pouvait réfléchir pendent deux jours. Qu’elle annoncerait ensuite la réponse aux parents.

Helena alla voir aussitôt Lisséo pour lui annoncer la nouvelle, mais à son approche, elle commençât à se poser des questions. Comment je vais lui annoncer la nouvelle? Comment va t-il réagir?  Va t il m’en vouloir ? Voudra-t-il encor me parler ? Et plus elle s’approchait de lui plus elle avait peur de lui parler après tout ces moment où elle refusait de lui parler. Mais quand elle s’approchât de Lisséo ; Ce dernier avait le sourire aux lèvres et il n’avait pas l’aire de lui en vouloir. Elle commença à lui parler  et lui demande pardons pour son attitude ces derniers jours. Il lui expliqua qu’il ne lui en voulait pas qu’elle avait surement ces raisons et qu’elle n’était pas obligée de tous lui dire. Puis elle lui annonçât la nouvelle. Le visage de Lisséo ne se changea pas mais il commençât à s’effacer. Il n’avait pas l’aire de se sentir abandonné, mais un silence s’installât. Ils se regardèrent sans un mot, puis Lisséo se mit à  nouveau à sourire il la prit des ses bras et lui parlât longuement, il la rassurât en lui disant qu’ils se retrouveraient un jour ou l’autre ensuite il lui demandât s’il pouvait se revoir. Elle lui répondit qu’elle ne savait pas mais qu’elle ferait tout pour le revoir régulièrement qu’elle ne l’abandonnerait jamais, qu’elle ferait tout pour lui et qu’elle lui en faisait la promesse. Lisséo fur comme soulagé comme s’il venait d’accomplir quelque chose mais Helena n’y prêtas pas attention mais Lisséo laissât échapper un petit rire Helena ne comprit pas pourquoi il riait mais se mit aussi à rire. Puis ils eurent un fou rire pendent une heure puis ils calmèrent et allèrent vers le piano et Helena se mit à jouer les plus beau morceaux qu’elle connaissait.

Les deux jours qu’elle passât furent les plus beau qu’elle eu à passer à l’orphelinat, elle ne quitta pas Lisséo de la journée. Ils allaient jouer avec les autres enfants et les surveillants. Le soir c’était l’euphorie pour le dîner, Helena n’arrêtait pas de rigoler, de s’amuser avec les autres. L’orphelinat n’avait jamais dégagé autant de bonheur  de toute son existence. Tous les enfants paraissaient heureux. Une ambiance familiale  pouvait  alors se ressentir puis vint-le moment de donner sa réponse à l’assistante sociale. Helena comprit alors que des moments comme il venait de se dérouler ne se reproduirais peut- être  jamais dans sa famille d’accueil. Soudain elle n’avait plus envie de quitter l’orphelinat. Cet orphelinat qui l’avait finalement accepté. Elle alla voire l’assistante sociale qui l’attendait. Elle lui expliquât qu’elle tenais plus que tout à Lisséo, aux enfants et a tout le personnel d’accueil qui avais pris soin d’elle mal grés le mauvais départ qu’il avais tous pris avec elle. Mais qu’une telle occasion et une telle chance ne se représenterait pas à elle. Elle demandât ensuite s’il était possible de les revoir. Mais l’assistante sociale lui fit comprendre que cela de dépendais pas d’elle mais de la famille. Mal grés tout Helena  acceptas de partir. Et elle retournât voire Lisséo et se jetas de ses bras en larmes.

Helena passa la soirée avec Lisséo. Une fête de départ était donnée pour elle. Tout le monde lui avais écris des lettres Elle reçut un cadeau de le part de tous les surveillent c’était un album photo avec les photos de tous les enfants de l’orphelinat. Ce n’était pas un cadeau extraordinaire. Mais pour Helena c’était le plus beau cadeau que l’on pouvait lui faire. Le soir, elle fit sa valise et rangeât le peut d’affaire qu’elle avait, elle prit soin de vérifier qu’elle n’avait rien oublié et sur tout pas la lettre de sa mère. Elle eu le temps de lire quelque lettres et elle se couchât et tombât de sommeil.

Le lendemain les parents et l’assistante sociale arrivèrent vers dix heures à l’orphelinat. C’était un samedi de vacances d’été. Tous les enfants c’étaient levés tôt pour pouvoir lui dire au revoir. Lisséo la sera très fort dans ses bras avent qu’elle ait rejoint ses parents adoptifs. Ils l’attendaient tout deux. Ils étaient tous deux grand. La femme était brune et ses yeux bleu. Ils ressemblaient ceux de sa mère. Ce qui mit mal alaise Helena. L’homme avait quand a lui les cheveux blonds et les yeux verts. Il était habillé avec un costume et une cravate comme les hommes d’affaires, les politiciens … Comme les gent avec un poste haut placé. La femme portait un jean et un gilet bleu qui faisait ressortir ses yeux. Le petit garçon était resté chez un copain. Helena serra une dernière foi Lisséo dans ses bras qui avait  les yeux plein de larmes et il lui demanda :

tu m’écriras ?

oui

tu me le promets ?

oui bien sur je t’écrirais le plus souvent possible.

Puis elle suivit ses parents sans regarder derrière elle pour ne pas craquer et quand elle eu passé la porte elle se retourna pour faire un dernier signe a Lisséo puis elle continua sont chemin vers la voiture

 

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans Les larmes d'Héléna
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 11:31

Quand l’assistante sociale lui donna la lettre et lui expliquas brièvement que c’était une lettre de la part de sa mère. Helena demandas à Liséo de ne pas la suivre et elle alla s’installer dans arbre favori et lut.

 

« Ma chère Helena,

Je suppose que tu maintenant 15 ans. Joyeux anniversaire. Je sais que ces dernières années n’ont pas du être facile pour toi. Comme tu dois le deviner je parle de tes yeux. Tu as dus te poser des questions, mais aucune réponse ne venait à toi car dans ce monde seul ton père et moi connaissons les réponses. Avec ton père nous  avons parlé à plusieurs reprises de ton  sujet et nous avons décidé de te le dire quand tu auras 15 ans. Mais la disparition de ton père a tout bouleversé et je ne supporte pas cette disparition, je ne suis pas assez forte pour résister. C’est donc par cette lettre que je répons a tes questions les plus importantes. D’ abord  je dois te mettre en garde à l’heur où je t’écris tu es déjà en danger tu peut donc comprendre que maintenant que le temps a passé le danger a augmenté. Alors je te pris de pas divulguer ce secret. Tu as des pouvoirs. De grands pouvoirs qui changeront plusieurs vies. Mais tu dois les trouver par toi même ; tes yeux ne sont qu ‘une infime partie de ton pouvoir comme tu peut le voir sur la  photo jointe  ton père avais les même yeux. Mais j’ai de bonnes raison de penser que ton père avais un pouvoir beaucoup moins puissent que le tien. Rappelle toi que où que nous soyons moi et ton père te soutiendrons jusqu’au bout. Tu ne dois pas perdre confiance. Fait toujours de ton mieux n’abandonne pas crois en se que tu fais et écoute ton cœur. Tu as une grande destiné. Beaucoup de gent t’attendent. Il compte sur toi. Ils attendent ta venue. Alors pense a eux et n’abandonne pas ; pense a moi et ton père. Regarde la photo où nous somment tous les trois ; repense ces moments de bonheurs ; offre-les à d’autres familles ; à d’autres enfants, des enfants peut être seul comme toi. Tous ils content sur toi alors aide les; et apprend à lire dans ton cœur

 

Ta mère, Eloise »

 

Sur les joues d’Helena coulais des larmes. Elle regarda la photo et la sera très fort contre elle, et pleuras toutes ses larmes. Ses parents lui manquais terriblement et malgré son jeune age le jour de la disparition de son père, elle se souvenait de quelques moments passé avec sont père et sa mère. Ils étaient tellement heureux. Quelques minutes plus tard Liséo vint la rejoindre. Elle cacha aussitôt la lettre, mais elle ne pouvait retenir ses larmes et Liséo vit les larmes mais ne savais quoi dire. Ils restèrent silencieux ; au repas se fut la même chose. Helena avais pus stopper ses larmes mais aucun mot ne pouvais sortir de sa bouche. Liséo ne savais pas comment la consoler car il ne connaissait pas le motif de ses larmes. Ils allèrent alors chacun se coucher et Liseo s’endormit rapidement ; Helena ne pouvais pas fermer les yeux. Elle repensait ce qu’elle avait lu dans cette lettre. Mais  elle ne trouvait aucune réponse. Quels pouvoir pouvait t’elle avoir ? Comment pouvait-elle aider tout cette gent ? Qui étaient-ils? Comment lire correctement de sont cœur? Il y a encor quelques heurs elle était une fille à peut prés normal, qui ne devais aider personne une fille sans passé et sans futur. Et quel étais ce danger qui la menaçais de puis son enfance.            

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans Les larmes d'Héléna
commenter cet article
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 12:42

Un jour de décembre, il neigea. Tous les enfants étaient sortit jouer avec la neige ou observer se beau paysage. En effet le jardins était tout blanc, des traces de pas d’enfant traversaient le jardins. Derrière certains arbres des enfants se cachait pour échapper au boules de neige envoyé par leurs copains certains. Des adultes à présents se mêlaient au batailles d’autres aidais les plus petits à faire des bonhommes de neige. Il y en avait qui dessinais dans la neige . Devant ce joyeux spectacle Helena, statique les regardais devant sa fenêtre mais au font d’elle. Elle ne pouvait se réjouir. Pourquoi ? Elle-même ne le savait pas. En fin de journée un nouvel enfant de son age arrivât  à l’orphelinat . Ses  parents venaient de mourir dans un accident de voiture. Il avait les cheveux noire, ses yeux étaient  noire . Il était mince et grand. Il c’était assis dans le couloire et il pleurait de chaude larmes. Il passa la soirée tout seul et pour la nuit il fut logé dans une chambre avec deux autres garçons. Ils étaient plus âgés que lui et ces derniers n’avaient pas tenté de le consoler. Le lendemain il vit Helena seule et il s’approchât d’elle. Quelques heures au paravent, il avait pus voire ses yeux mais il n’avait pas était surpris puis il avais posé quelques question a sont sujet. Il avait seulement pus comprendre quelle n’était pas aveugle. Il alla donc lui parler peut. Alors qu’il s’approchait de Helena elle ne fit aucun geste qui pourrait le dissuader de l’approcher au contraire il compris qu’il était le bienvenus et quelle avais l’aire sensible.

-Salut ! Comment tu t’appelles ? Commença le jeune garçon.

- je m’appelle Helena et toi ?

- Moi c’est Liséo. Lui répondit –il avec un aire soulagé.

Mais Helena étais perturbée par la réaction de Liséo insensible à ses yeux. On l’avait tellement mise de coté à cause de ses yeux et ce jeune garçon de 14 ans tout juste orphelin lui parlais comme personne après la mort de sa mère lui avait parlé. Il avait  un aire sympathique mais innocent pourtant il semblais sur de lui. Malgré Helena voyais bien qu’il cachais sa tristesse et comme Helena ne répondais pas a Liséo il finit par s’inquiéter.

- Quelque chose ne vas pas ?

- Si ça vas mais ... mais je suis surprise de …de … rien laisse tomber. Bredouillât-elle

- Mais explique toi ! dit il curieux. Seulement Helena n’osai pas lui dire quelle ne comprenais pas pourquoi il était venus vers elle alors que tous le monde avais peur d’elle. Peur de ses yeux

- Que se passe t’il ? Reprit-il.

- C’est juste que personne ne me parle il ont peur de… de… Non je ne peux  pas.

- Vas y tu a peur de quoi ?

Et Helena lui montrât du dois ses yeux en pleurent car elle repensait a toute les remarques que l’on avis faite a propos de ses yeux. Elle était maintenant sure que le jeune garçon lui tournerait le dos comme tous les autres mais curieusement il lui répondit gentiment.

- Oui je sais pour tes yeux mais je trouve qu’il on tort de réagir comme ils le fon en plus moi je les aime bien comme ça tes yeux

Helena fut soulagée de sa réaction. Puis ils continuèrent longuement leur conversation. Même au dîner. Helena apprit alors le tragique accident des parent de Liséo et ce dernier ne pus jamais entendre celle d’Helena .Mais peut lui importais maintenant ils étaient amis. Cette amitié ne plaisait pas aux adultes qui avais commencé et continué de haire Helena. Ils tentèrent alors de stopper cette amitié. Tout d’abord en attirent Liséo loin d’Helena. Puis ils tentèrent de lui faire peur. Mais rien ne pouvait les séparer. Liséo était maintenant lier .les adultes tentèrent alors de lui interdire de la voire mais Liséo commençât a braver les interdictions. Trois mois passèrent et se fut l’anniversaire d’Helena. Mais rien ne fut fêté. Elle avait maintenant  15 ans et personne ne lui avait souhaité sauf Liseo. Puis le lendemain vers 10 heures l’assistante sociale vint lui remettre la lettre que sa mère lui avait écrite avent de mourir.

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans Les larmes d'Héléna
commenter cet article
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 14:10


 

« Il faut lui donner cette lettre quand elle aura quinze ans, pas avant, pas après. Pouvez-vous me le promettre ? 

-oui,  je vous le promets. » 

Et la jeune femme expira une dernière fois laissant une petite fille de six ans sans père et maintenant sans mère. La jeune femme était plutôt mince et grande, ses yeux étaient bleu .Elle était brune et elle reposait maintenant dans son lit d’hôpital où elle y avait passé un an. Sa mort était due à une maladie inconnue apparue  après la disparition de son mari. Dans le couloir sa fille était  différente car ses yeux ne possédaient pas de pupilles mais sa vue était parfaite. De plus ils lui donnaient un petit air mélancolique. Elle était recroquevillée sur un banc. Elle se nommait Héléna .Et malgré son jeune age, elle était consciente de ce qu’il ce passait.

L’infirmière à qui sa mère avait remis la lettre sortit de la chambre. Elle avait les yeux pleins de larme et Helena comprit aussitôt que sa mère n’était plus en vie. Mais elle ne pleura pas car quelques minutes au paravent elle lui avait demandé d’être forte, d’être courageuse et de ne jamais baisser les bras. Une heure plus tard, après la mort de sa mère, l’assistante sociale arriva .L’infirmière  montrât la lettre écrite par la jeune femme avent de mourir expliquant ce qu’il en était et la glissa dans le dossier médical et remit ce dernier à L’assistante sociale qui prit  rapidement le dossier médical de l’enfant et demanda a Helena de la suivre. Mais  elle n’avait jamais regardé attentivement le dossier d’Helena en particulier la photo d’identité. Elle savait juste que devait récupérer cette enfant et la placer dans un orphelinat et que Helena n’avait aucun handicap. Et quand l’enfant se retournât et que l’assistante vit ses yeux elle eut un sursaut  un moment de doute puis regardas le dossier attentivement mais rien indiquai qu’elle était aveugle son dossier médicale indiquait qu’elle avait une vue normale et la méfiance envers l’enfant commença.

Huit ans plus tard Helena se trouvait toujours à l’orphelinat et elle ne s’était pas adaptée à cette vie. Elle ne parlait à personne où plutôt personne ne lui voulait parler car ses yeux demeuraient toujours sans pupilles. Elle avait beau se montrer gentille, généreuse pour se faire des amis mais personne ne voulait d’elle comme amis. De plus elle faisait preuve d’une intelligence d’une sensibilité incomparable. Elle était capable de percevoir la douleur de chaque personne mais ces dons provoquaient une certaine peur chez les adultes qui ne la soutenaient jamais tout comme les enfants qui vivaient à l’orphelinat. Cette peur jour après jours, année après année cette peur c’étais transformé en une haine certaine. Pourtant l’orphelinat avais un air paradisiaque c’était une grande maison qui ressemblait a un manoir, il était entouré d’une petite coure avec un grand jardin. C’était même un parc couvert d’herbe et de fleures de toutes les couleurs avec de nombreux et grand chênes certains étais tordus et les enfants pouvaient monter sur leurs branches. Il y en avait un au fond du jardin qui avait une branche qui descendait somptueusement. Pour Helena c’était le plus joli et il était placé dans un coin calme. Elle y passait la plus par de son temp. A l’intérieur de la maison il y avait un grand salon  avec beaucoup de canapés  et plusieurs fauteuils.  Plus loin il y avait une salle de musique avec un piano. De temps en temps  Helena venais jouer quelques  morceaux. Elle était douée pour cela aussi. La cuisine et la salle à manger se trouvaient également au réez de chaussée. Aux étages il y avait les chambres pour les garçons c’étais le 1er, pour les filles c’était le 2nd et les adultes étaient au 3éme. En générale il y avait 2 à 3 enfants par chambre quelque fois quand il manquait de place on ajoutait un matelas ou un lit pliant. Helena était seule dans sa chambre car personne ne voulait la partager avec elle. A table c’était la même chose. Helena avais finit par se résigner et accepter cette solitude qui durait depuis huit ans. Le personnel de l’orphelinat avait même tenté à s’en débarrasser. Mais ils avaient échoué. La seule causse ce son ses yeux. Mais cette solitude allait être brisée dans les jours qui allaient suivre.

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans Les larmes d'Héléna
commenter cet article
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 14:04

les larmes d'héléna

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans Les larmes d'Héléna
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de petite étoile du 25
  • Le blog de petite étoile du 25
  • : poèmes, dessins, et une histoire écrit (et dessiné ^^'') par mes propres soin et de ma propre invention parfois inspiré de la vie réelle. voila ce que vous pourrez trouver sur mon blog !!!!
  • Contact

Recherche

Catégories