Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 10:32

OP_805.png

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans mes dessins
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 23:36

OP 857

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans mes dessins
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 23:33

OP_774.jpg

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans mes dessins
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 21:39


 

Quelle est cette tristesse,

Qui m’envahie peut a peut

Quelle est cette solitude,

Qui me lasse jours après jours.

Ton absence est un fardeau à porter

Ta voix et ton visage me manque

Eternelle absence, éternelle tristesse.

A jamais les larmes coulerons.

 

Ton combat était perdu d’avance

Mai tu t’es battu de toutes tes forces

Ton courage était fort

Et jamais tu n’as abandonné

Cette maladie qui te suivait cette maladie qui t’a tué

Maladie que je hais, maladie destructrice.

A jamais un combat perdu

 

Ta joie de vivre était toujours présente

Tu étais toujours dévoué pour nous

Un jour tu nous as quitté tu avais fin par comprendre

Comprendre que nous étions prés a ton départ

Départ cependant si soudain

Départ soudain et inattendus

A jamais tu resteras gravé dans nos cœurs

 

Tu me manque

 

 

 


Petite étoile du 25 

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans poémes
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 23:45

 

En une année il s’est passé tellement de chose

On a perdu des proches et d’autres sont arrivés

On a grandi et appris des choses et d’autres qu’on a découvert

365 jours sont passés et on est toujours là

 

Un an de plus

Et un chiffre pour se le rappeler et un jour pour se le dire

« Joyeux anniversaire »

 

Dans quelques jours on va me le souhaiter

Mais dans un an il y aura-t-il toujours les mêmes personnes

On peut espérer qu’il y en aura des nouvelles

Mais le temps ne s’arrête jamais

 

Un an de plus

Et un chiffre pour se le rappeler et un jour pour se le dire

« Joyeux anniversaire »

 

Chaque année on demande de rappeler son âge

Mais c’est bien évident il change tous les ans

On ne sait jamais l’âge que l’on pourra atteindre

Mais ce qui est évident c’est l’âge qu’on a déjà attient

 

Un an de plus

Et un chiffre pour se le rappeler et un jour pour se le dire

« Joyeux anniversaire »

 

Un tour sur elle-même et voila un jour de passé

Un tour autour autours du soleil et voila une année de passé

Mais sa ne sert a rien de courir après le temps

Il s’enfuira toujours plus vite qu’on ne peut le penser

 

 

Un an de plus

Et un chiffre pour se le rappeler et un jour pour se le dire

« Joyeux anniversaire »

 

Et voila je serais  arrivé a ma 17éme année d’existence

Le 25 décembre 2011

Mais malgré mon âge je serais toujours

Une petite étoile de noël (ou du 25)

 

 etoile-filante-jaune-

                                                                                                                 petite etoile du 25

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans poémes
commenter cet article
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 22:33

Quelques jours plus tard  Helena était toujours aussi triste personne ne l’avait vue aussi triste. Elle ne parlait pratiquement plus à Lisséo. Elle ne jouait plus de piano, elle ne mangeait pas et maigrissait à vu d’œil. Lisséo tenta plusieurs fois de lui poser des questions au sujet de la lettre mais elle ne répondait pas au début et plus il persistait plus elle s’enfermait et elle finissait par s’enfuir dans sa chambre. Les surveillent virent le changement de comportement  d’Helena qui semblaient préoccupé. Ils  alertèrent alors l’assistante sociale qui vint aussitôt à l’orphelinat pour juger d’elle-même et pour parler à Helena. Mais la jeune fille refusait de lui parler. L’assistante sociale lui proposa de la faire adopter par une famille. Helena se leva brutalement comme si les paroles de l’assistante venaient de la réveiller. Helena se mit alors à parler et lui demandas si on avait demandé de l’adopter. L’assistante lui répondis qu’oui des parents c’étais intéressés a elle. Mais Helena se souvint aussitôt de la mise en garde de sa mère. En même temps elle était heureuse car personne avant eux ne s’était intéressé à elle. L’assistante sociale repris en lui dit qu’il avait un petit garçon de 7 ans. Elle lui expliqua que c’était une chance pour elle, car il y a peut de parent qui souhaitent   d’adopter à cet âge là et qui en  on l’autorisation car la plus part du temps ils veulent adopter pour de mauvaises raisons. Helena fut alors séduite mais elle pensât à Lisséo, ces derniers jours elle n’avait pas était tendre avec lui alors que lui l’avait sortie de la solitude, il l’avait fréquenté contre l’avis des surveillants. Il avait était punis, il avait bravé les interdictions pour aller la voir. Ensuite il l’avait fait rentrer dans l’estime des surveillants qui l’avaient ensuite acceptée. Et pour finir il s’était inquiété ces derniers jours pour elle. Et elle ? Elle n’avait rien fait pour lui, elle n’avait fait que lui attirer des ennuis. Elle ne lui avait rien apporté et elle allait une fois de plus le décevoir en l’abandonnent sans un mot pour aller dans une famille qui l’adopteraient. Elle comprit alors qu’elle devait  faire un chois qui changeraient sa vie. De plus où se trouvais le danger dons sa mère lui avait misse en garde. Dans tous les cas elle devait faire son chois mais elle devait aussi prendre sont temps pour analyser la situation. Elle comprit qu’elle devait en parler à Lisséo avent de prendre sa décision. Elle demanda alors à la l’assistante sociale si elle pouvait refuser ou non et si elle pouvait prendre du temps pour réfléchire. L’assistante sociale fut d’abord surprise puis elle lui expliqua qu’elle pouvait réfléchir pendent deux jours. Qu’elle annoncerait ensuite la réponse aux parents.

Helena alla voir aussitôt Lisséo pour lui annoncer la nouvelle, mais à son approche, elle commençât à se poser des questions. Comment je vais lui annoncer la nouvelle? Comment va t-il réagir?  Va t il m’en vouloir ? Voudra-t-il encor me parler ? Et plus elle s’approchait de lui plus elle avait peur de lui parler après tout ces moment où elle refusait de lui parler. Mais quand elle s’approchât de Lisséo ; Ce dernier avait le sourire aux lèvres et il n’avait pas l’aire de lui en vouloir. Elle commença à lui parler  et lui demande pardons pour son attitude ces derniers jours. Il lui expliqua qu’il ne lui en voulait pas qu’elle avait surement ces raisons et qu’elle n’était pas obligée de tous lui dire. Puis elle lui annonçât la nouvelle. Le visage de Lisséo ne se changea pas mais il commençât à s’effacer. Il n’avait pas l’aire de se sentir abandonné, mais un silence s’installât. Ils se regardèrent sans un mot, puis Lisséo se mit à  nouveau à sourire il la prit des ses bras et lui parlât longuement, il la rassurât en lui disant qu’ils se retrouveraient un jour ou l’autre ensuite il lui demandât s’il pouvait se revoir. Elle lui répondit qu’elle ne savait pas mais qu’elle ferait tout pour le revoir régulièrement qu’elle ne l’abandonnerait jamais, qu’elle ferait tout pour lui et qu’elle lui en faisait la promesse. Lisséo fur comme soulagé comme s’il venait d’accomplir quelque chose mais Helena n’y prêtas pas attention mais Lisséo laissât échapper un petit rire Helena ne comprit pas pourquoi il riait mais se mit aussi à rire. Puis ils eurent un fou rire pendent une heure puis ils calmèrent et allèrent vers le piano et Helena se mit à jouer les plus beau morceaux qu’elle connaissait.

Les deux jours qu’elle passât furent les plus beau qu’elle eu à passer à l’orphelinat, elle ne quitta pas Lisséo de la journée. Ils allaient jouer avec les autres enfants et les surveillants. Le soir c’était l’euphorie pour le dîner, Helena n’arrêtait pas de rigoler, de s’amuser avec les autres. L’orphelinat n’avait jamais dégagé autant de bonheur  de toute son existence. Tous les enfants paraissaient heureux. Une ambiance familiale  pouvait  alors se ressentir puis vint-le moment de donner sa réponse à l’assistante sociale. Helena comprit alors que des moments comme il venait de se dérouler ne se reproduirais peut- être  jamais dans sa famille d’accueil. Soudain elle n’avait plus envie de quitter l’orphelinat. Cet orphelinat qui l’avait finalement accepté. Elle alla voire l’assistante sociale qui l’attendait. Elle lui expliquât qu’elle tenais plus que tout à Lisséo, aux enfants et a tout le personnel d’accueil qui avais pris soin d’elle mal grés le mauvais départ qu’il avais tous pris avec elle. Mais qu’une telle occasion et une telle chance ne se représenterait pas à elle. Elle demandât ensuite s’il était possible de les revoir. Mais l’assistante sociale lui fit comprendre que cela de dépendais pas d’elle mais de la famille. Mal grés tout Helena  acceptas de partir. Et elle retournât voire Lisséo et se jetas de ses bras en larmes.

Helena passa la soirée avec Lisséo. Une fête de départ était donnée pour elle. Tout le monde lui avais écris des lettres Elle reçut un cadeau de le part de tous les surveillent c’était un album photo avec les photos de tous les enfants de l’orphelinat. Ce n’était pas un cadeau extraordinaire. Mais pour Helena c’était le plus beau cadeau que l’on pouvait lui faire. Le soir, elle fit sa valise et rangeât le peut d’affaire qu’elle avait, elle prit soin de vérifier qu’elle n’avait rien oublié et sur tout pas la lettre de sa mère. Elle eu le temps de lire quelque lettres et elle se couchât et tombât de sommeil.

Le lendemain les parents et l’assistante sociale arrivèrent vers dix heures à l’orphelinat. C’était un samedi de vacances d’été. Tous les enfants c’étaient levés tôt pour pouvoir lui dire au revoir. Lisséo la sera très fort dans ses bras avent qu’elle ait rejoint ses parents adoptifs. Ils l’attendaient tout deux. Ils étaient tous deux grand. La femme était brune et ses yeux bleu. Ils ressemblaient ceux de sa mère. Ce qui mit mal alaise Helena. L’homme avait quand a lui les cheveux blonds et les yeux verts. Il était habillé avec un costume et une cravate comme les hommes d’affaires, les politiciens … Comme les gent avec un poste haut placé. La femme portait un jean et un gilet bleu qui faisait ressortir ses yeux. Le petit garçon était resté chez un copain. Helena serra une dernière foi Lisséo dans ses bras qui avait  les yeux plein de larmes et il lui demanda :

tu m’écriras ?

oui

tu me le promets ?

oui bien sur je t’écrirais le plus souvent possible.

Puis elle suivit ses parents sans regarder derrière elle pour ne pas craquer et quand elle eu passé la porte elle se retourna pour faire un dernier signe a Lisséo puis elle continua sont chemin vers la voiture

 

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans Les larmes d'Héléna
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 11:53

Cette envie qui grandie au fond de moi

Elle envahit mes pensées et mon esprit

Qui surgit sans prévenir chaque jour

Cette envie de coucher mes pensées sur papier

 

Une envie d’écrire maladive

Qui m’éloigne de la réalité jours après jours

Qui m’enlève dans un autre monde qui n’appartient qu’à moi

Un jour finira-t elle par m’isoler du monde

 

Elle libère mon esprit pour un temps

Mais elle finit toujours par revenir

 Cette envie d’écrire

 

petite etoile du 25  

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans poémes
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 11:31

Quand l’assistante sociale lui donna la lettre et lui expliquas brièvement que c’était une lettre de la part de sa mère. Helena demandas à Liséo de ne pas la suivre et elle alla s’installer dans arbre favori et lut.

 

« Ma chère Helena,

Je suppose que tu maintenant 15 ans. Joyeux anniversaire. Je sais que ces dernières années n’ont pas du être facile pour toi. Comme tu dois le deviner je parle de tes yeux. Tu as dus te poser des questions, mais aucune réponse ne venait à toi car dans ce monde seul ton père et moi connaissons les réponses. Avec ton père nous  avons parlé à plusieurs reprises de ton  sujet et nous avons décidé de te le dire quand tu auras 15 ans. Mais la disparition de ton père a tout bouleversé et je ne supporte pas cette disparition, je ne suis pas assez forte pour résister. C’est donc par cette lettre que je répons a tes questions les plus importantes. D’ abord  je dois te mettre en garde à l’heur où je t’écris tu es déjà en danger tu peut donc comprendre que maintenant que le temps a passé le danger a augmenté. Alors je te pris de pas divulguer ce secret. Tu as des pouvoirs. De grands pouvoirs qui changeront plusieurs vies. Mais tu dois les trouver par toi même ; tes yeux ne sont qu ‘une infime partie de ton pouvoir comme tu peut le voir sur la  photo jointe  ton père avais les même yeux. Mais j’ai de bonnes raison de penser que ton père avais un pouvoir beaucoup moins puissent que le tien. Rappelle toi que où que nous soyons moi et ton père te soutiendrons jusqu’au bout. Tu ne dois pas perdre confiance. Fait toujours de ton mieux n’abandonne pas crois en se que tu fais et écoute ton cœur. Tu as une grande destiné. Beaucoup de gent t’attendent. Il compte sur toi. Ils attendent ta venue. Alors pense a eux et n’abandonne pas ; pense a moi et ton père. Regarde la photo où nous somment tous les trois ; repense ces moments de bonheurs ; offre-les à d’autres familles ; à d’autres enfants, des enfants peut être seul comme toi. Tous ils content sur toi alors aide les; et apprend à lire dans ton cœur

 

Ta mère, Eloise »

 

Sur les joues d’Helena coulais des larmes. Elle regarda la photo et la sera très fort contre elle, et pleuras toutes ses larmes. Ses parents lui manquais terriblement et malgré son jeune age le jour de la disparition de son père, elle se souvenait de quelques moments passé avec sont père et sa mère. Ils étaient tellement heureux. Quelques minutes plus tard Liséo vint la rejoindre. Elle cacha aussitôt la lettre, mais elle ne pouvait retenir ses larmes et Liséo vit les larmes mais ne savais quoi dire. Ils restèrent silencieux ; au repas se fut la même chose. Helena avais pus stopper ses larmes mais aucun mot ne pouvais sortir de sa bouche. Liséo ne savais pas comment la consoler car il ne connaissait pas le motif de ses larmes. Ils allèrent alors chacun se coucher et Liseo s’endormit rapidement ; Helena ne pouvais pas fermer les yeux. Elle repensait ce qu’elle avait lu dans cette lettre. Mais  elle ne trouvait aucune réponse. Quels pouvoir pouvait t’elle avoir ? Comment pouvait-elle aider tout cette gent ? Qui étaient-ils? Comment lire correctement de sont cœur? Il y a encor quelques heurs elle était une fille à peut prés normal, qui ne devais aider personne une fille sans passé et sans futur. Et quel étais ce danger qui la menaçais de puis son enfance.            

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans Les larmes d'Héléna
commenter cet article
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 12:42

Un jour de décembre, il neigea. Tous les enfants étaient sortit jouer avec la neige ou observer se beau paysage. En effet le jardins était tout blanc, des traces de pas d’enfant traversaient le jardins. Derrière certains arbres des enfants se cachait pour échapper au boules de neige envoyé par leurs copains certains. Des adultes à présents se mêlaient au batailles d’autres aidais les plus petits à faire des bonhommes de neige. Il y en avait qui dessinais dans la neige . Devant ce joyeux spectacle Helena, statique les regardais devant sa fenêtre mais au font d’elle. Elle ne pouvait se réjouir. Pourquoi ? Elle-même ne le savait pas. En fin de journée un nouvel enfant de son age arrivât  à l’orphelinat . Ses  parents venaient de mourir dans un accident de voiture. Il avait les cheveux noire, ses yeux étaient  noire . Il était mince et grand. Il c’était assis dans le couloire et il pleurait de chaude larmes. Il passa la soirée tout seul et pour la nuit il fut logé dans une chambre avec deux autres garçons. Ils étaient plus âgés que lui et ces derniers n’avaient pas tenté de le consoler. Le lendemain il vit Helena seule et il s’approchât d’elle. Quelques heures au paravent, il avait pus voire ses yeux mais il n’avait pas était surpris puis il avais posé quelques question a sont sujet. Il avait seulement pus comprendre quelle n’était pas aveugle. Il alla donc lui parler peut. Alors qu’il s’approchait de Helena elle ne fit aucun geste qui pourrait le dissuader de l’approcher au contraire il compris qu’il était le bienvenus et quelle avais l’aire sensible.

-Salut ! Comment tu t’appelles ? Commença le jeune garçon.

- je m’appelle Helena et toi ?

- Moi c’est Liséo. Lui répondit –il avec un aire soulagé.

Mais Helena étais perturbée par la réaction de Liséo insensible à ses yeux. On l’avait tellement mise de coté à cause de ses yeux et ce jeune garçon de 14 ans tout juste orphelin lui parlais comme personne après la mort de sa mère lui avait parlé. Il avait  un aire sympathique mais innocent pourtant il semblais sur de lui. Malgré Helena voyais bien qu’il cachais sa tristesse et comme Helena ne répondais pas a Liséo il finit par s’inquiéter.

- Quelque chose ne vas pas ?

- Si ça vas mais ... mais je suis surprise de …de … rien laisse tomber. Bredouillât-elle

- Mais explique toi ! dit il curieux. Seulement Helena n’osai pas lui dire quelle ne comprenais pas pourquoi il était venus vers elle alors que tous le monde avais peur d’elle. Peur de ses yeux

- Que se passe t’il ? Reprit-il.

- C’est juste que personne ne me parle il ont peur de… de… Non je ne peux  pas.

- Vas y tu a peur de quoi ?

Et Helena lui montrât du dois ses yeux en pleurent car elle repensait a toute les remarques que l’on avis faite a propos de ses yeux. Elle était maintenant sure que le jeune garçon lui tournerait le dos comme tous les autres mais curieusement il lui répondit gentiment.

- Oui je sais pour tes yeux mais je trouve qu’il on tort de réagir comme ils le fon en plus moi je les aime bien comme ça tes yeux

Helena fut soulagée de sa réaction. Puis ils continuèrent longuement leur conversation. Même au dîner. Helena apprit alors le tragique accident des parent de Liséo et ce dernier ne pus jamais entendre celle d’Helena .Mais peut lui importais maintenant ils étaient amis. Cette amitié ne plaisait pas aux adultes qui avais commencé et continué de haire Helena. Ils tentèrent alors de stopper cette amitié. Tout d’abord en attirent Liséo loin d’Helena. Puis ils tentèrent de lui faire peur. Mais rien ne pouvait les séparer. Liséo était maintenant lier .les adultes tentèrent alors de lui interdire de la voire mais Liséo commençât a braver les interdictions. Trois mois passèrent et se fut l’anniversaire d’Helena. Mais rien ne fut fêté. Elle avait maintenant  15 ans et personne ne lui avait souhaité sauf Liseo. Puis le lendemain vers 10 heures l’assistante sociale vint lui remettre la lettre que sa mère lui avait écrite avent de mourir.

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans Les larmes d'Héléna
commenter cet article
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 14:10


 

« Il faut lui donner cette lettre quand elle aura quinze ans, pas avant, pas après. Pouvez-vous me le promettre ? 

-oui,  je vous le promets. » 

Et la jeune femme expira une dernière fois laissant une petite fille de six ans sans père et maintenant sans mère. La jeune femme était plutôt mince et grande, ses yeux étaient bleu .Elle était brune et elle reposait maintenant dans son lit d’hôpital où elle y avait passé un an. Sa mort était due à une maladie inconnue apparue  après la disparition de son mari. Dans le couloir sa fille était  différente car ses yeux ne possédaient pas de pupilles mais sa vue était parfaite. De plus ils lui donnaient un petit air mélancolique. Elle était recroquevillée sur un banc. Elle se nommait Héléna .Et malgré son jeune age, elle était consciente de ce qu’il ce passait.

L’infirmière à qui sa mère avait remis la lettre sortit de la chambre. Elle avait les yeux pleins de larme et Helena comprit aussitôt que sa mère n’était plus en vie. Mais elle ne pleura pas car quelques minutes au paravent elle lui avait demandé d’être forte, d’être courageuse et de ne jamais baisser les bras. Une heure plus tard, après la mort de sa mère, l’assistante sociale arriva .L’infirmière  montrât la lettre écrite par la jeune femme avent de mourir expliquant ce qu’il en était et la glissa dans le dossier médical et remit ce dernier à L’assistante sociale qui prit  rapidement le dossier médical de l’enfant et demanda a Helena de la suivre. Mais  elle n’avait jamais regardé attentivement le dossier d’Helena en particulier la photo d’identité. Elle savait juste que devait récupérer cette enfant et la placer dans un orphelinat et que Helena n’avait aucun handicap. Et quand l’enfant se retournât et que l’assistante vit ses yeux elle eut un sursaut  un moment de doute puis regardas le dossier attentivement mais rien indiquai qu’elle était aveugle son dossier médicale indiquait qu’elle avait une vue normale et la méfiance envers l’enfant commença.

Huit ans plus tard Helena se trouvait toujours à l’orphelinat et elle ne s’était pas adaptée à cette vie. Elle ne parlait à personne où plutôt personne ne lui voulait parler car ses yeux demeuraient toujours sans pupilles. Elle avait beau se montrer gentille, généreuse pour se faire des amis mais personne ne voulait d’elle comme amis. De plus elle faisait preuve d’une intelligence d’une sensibilité incomparable. Elle était capable de percevoir la douleur de chaque personne mais ces dons provoquaient une certaine peur chez les adultes qui ne la soutenaient jamais tout comme les enfants qui vivaient à l’orphelinat. Cette peur jour après jours, année après année cette peur c’étais transformé en une haine certaine. Pourtant l’orphelinat avais un air paradisiaque c’était une grande maison qui ressemblait a un manoir, il était entouré d’une petite coure avec un grand jardin. C’était même un parc couvert d’herbe et de fleures de toutes les couleurs avec de nombreux et grand chênes certains étais tordus et les enfants pouvaient monter sur leurs branches. Il y en avait un au fond du jardin qui avait une branche qui descendait somptueusement. Pour Helena c’était le plus joli et il était placé dans un coin calme. Elle y passait la plus par de son temp. A l’intérieur de la maison il y avait un grand salon  avec beaucoup de canapés  et plusieurs fauteuils.  Plus loin il y avait une salle de musique avec un piano. De temps en temps  Helena venais jouer quelques  morceaux. Elle était douée pour cela aussi. La cuisine et la salle à manger se trouvaient également au réez de chaussée. Aux étages il y avait les chambres pour les garçons c’étais le 1er, pour les filles c’était le 2nd et les adultes étaient au 3éme. En générale il y avait 2 à 3 enfants par chambre quelque fois quand il manquait de place on ajoutait un matelas ou un lit pliant. Helena était seule dans sa chambre car personne ne voulait la partager avec elle. A table c’était la même chose. Helena avais finit par se résigner et accepter cette solitude qui durait depuis huit ans. Le personnel de l’orphelinat avait même tenté à s’en débarrasser. Mais ils avaient échoué. La seule causse ce son ses yeux. Mais cette solitude allait être brisée dans les jours qui allaient suivre.

Repost 0
Published by petite étoile du 25 - dans Les larmes d'Héléna
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de petite étoile du 25
  • Le blog de petite étoile du 25
  • : poèmes, dessins, et une histoire écrit (et dessiné ^^'') par mes propres soin et de ma propre invention parfois inspiré de la vie réelle. voila ce que vous pourrez trouver sur mon blog !!!!
  • Contact

Recherche

Catégories